« Réflexion, action, la juste distance | Accueil | Portrait du chef d'entreprise idéal »

30 septembre 2012

Commentaires

M.M.

merci pour ton envoi..... je partage ton approche.... et dans les periodes actuelles de fortes remises en cause ( facteur a lui seul que ce soit au boulot ou ailleurs est générateur de stress.... qui pose la question du comment s'adapter ???) comment donner l'autonomie comment donner la liberté a chacun de prendre les virages en toute responsabilité ??? des pansements, une aide ponctuelle ???..... ou un traitement de fond qui libere ???
une question sur laquelle je ne sais pas quoi dire .... une dualité de plus... tu as surement des idées.
a bientot
M.M.

CT

Actualité brûlante pour nous où, en cette période de vendanges, l'embauche pour une période de très courte durée de personnes au profil social difficile ne manque pas de nous renvoyer à la problématique bonheur au travail / travail coercitif à objectif purement et cruellement économique ou administratif. Que doit-on faire ? Dans l'imaginaire, les vendanges, c'est la fête, comme toute récolte. Dans le quotidien, c'est un travail pénible et fatiguant. Nous essayons de faire valoir l'un sans occulter l'autre, en tant qu'employeur. Pour autant, les salariés ont du mal avec cette ambivalence. Et pour le personnel permanent, le spectacle de cette difficulté a comprendre et à entendre est une dure remise en cause. Simple témoignage de questions que nous nous posions, et qui ont trouvé écho dans ton aparté. Merci. CT

Stephane Loiret

Merveilleux article que je partage pleinement. Chaque fois que nous célébrons une réussite ou un progrès dans l'Entreprise, nous instaurons ce climat nécessaire pour développer pour chaque employé le sens, le plaisir de contribuer et d’être utile. Je vous invite a lire la suite de mes réflexions sur le bien-être et la performance sur http://wp.me/p2GMW8-g . Bien cordialement
http://stephaneloiret.wordpress.com

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog powered by Typepad