« La définition de fonction | Accueil | Comment rendre vos réunions plus participatives »

09 juillet 2010

Commentaires

RB

Bonjour François,
Merci pour cet " Apartés 121".Toujours aussi riche en informations utiles.

M.C.

MM

François,
comme toujours tres intéressant, bravo...... as tu lu Antonio Damasio... l'erreur de descartes.... l'importance des emotions dans la prise de décision... ou décider dans l'incertitude ? (je me rappelle plus de l'auteur...). on échange quand tu veux.
En complement: des pistes sur décider dans l'incertitude.....
l'homme...... la flexibilité des organisations.

M.M.

http://www.cdef.terre.defense.gouv.fr/publications/biblio/decid_ds_incert/interview_decider_incert.htm

JFC

Bonjour François
C'est avec beaucoup de bonheur que j'ai lu ta lettre sur l'entretien d'aide. En effet elle me montre que je ne m'étais pas trop trompé pendant les dernières années de mon activité. Tu me diras que c'est bien temps de s'en apercevoir. Sur le plan théorique j'ai la même référence à ROGERS, j'y avais ajouté Yves St ARNAUD: "la personne qui s'actualise" Gaëtan Morin éditeur.
Sur le plan pratique, lorsque j'ai eu à recevoir des adultes en perdition professionnelle, je n'ai commencé à être"efficace" que lorsque j'ai été bien persuadé que je ne pouvais rien pour eux. Cela m'a induit une posture qui me semble correspondre à ce que du décris sur la disponibilité. Il ne me restait plus que la reformulation et la mise en évidence des paroles importantes de mon interlocuteur. On peut, je crois, repérer la mise en route de la réflexion active de la personne. Les termes employés ne sont plus ceux qui expriment une émotion et le ton de la voix ,le débit du discours et le rythme respiratoire changent. Cela dit: ce genre d'entretien est épuisant. Fallait-il fixer une durée à l'entretien? pris dans une institution et fonctionnant sur rendez-vous, j'avais installé une durée d'une heure et j'avais pris l'habitude de prendre quelques notes résumant le déroulement de la conversation que je remettais à la personne et nous prenions un nouveau rendez-vous. Je me suis aperçu que la plupart rapportait ce papier et qu'une évolution s'était faite jour à partir de ce résumé qui avait fonctionné comme un starting block.
Peut-être nous reverrons-nous pendant l'été
En attendant essaie de bronzer les yeux fermés et un verre à la main.

Bien cher François,
Je complète ici ma réponse d'hier car si ce que je dis aujourd'hui contient une once de vérité cela peut servir à d'autres.
Il faut revenir à l'époque à laquelle je suis entré à l'institut de biométrie et d'orientation professionnelle de Marseille. En 1963 la formation des conseillers était fondée sur la psychologie expérimentale et le modèle médical: examen, diagnostic, pronostic. Il y avait même l'uniforme qui allait avec. C' est ainsi que j'ai commencé ma carrière en blouse blanche! Je ne reproche rien à mes maîtres. Ils m'ont donné un savoir qui a été utile. Ils m'ont donné des yeux et des oreilles. Mais en même temps ils m'ont inoculé une posture dont j'ai eu le plus grand mal à me débarrasser. La posture médicale est séduisante. Diagnostiquer et avoir l'impression que l'on découvre des mystères dont la personne en consultation n'a pas idée donne une impression de puissance et de domination. Et voilà mon bon Monsieur, tout le problème est là me semble-t-il. C'est une drôle de gymnastique pour se débarrasser de cette posture!! surtout qu'un nouveau piège est tendu. En effet, se vautrer dans l'humilité ne revient-il pas à rechercher un nouveau sentiment de puissance: voyez donc comme je suis proche de la sainteté!!! Saint Chamoton... avouez que c'est tentant... Des yeux et des oreilles disais-je. C'est en écoutant et en regardant ce qui se passait entre ceux qui venaient en consultation et en analysant les discordances entre mon propos et ce qu'en disaient les uns et les autres que j'ai commencé à me gratter la tête (j'avais encore des cheveux à l'époque). C'est en discutant avec un stagiaire en formation que j'ai eu vent de Rogers et de ce que les canadiens appellent la psychologie humaniste.. Le mot humaniste n'a peut-être pas la même signification au Canada qu'en France. Ce que j'ai trouvé me fait penser que c'est une psychologie plus proche de ce que nous appelons l'existentialisme. Pour le reste ce sont les personnes venant dans le service qui me l'ont appris.

J.F.C.

DP

Des auteurs qui ne me sont pas inconnus; une problématique d'aide qui propose l' écoute...tu as tout compris, je me suis régalé (comme d'ab)

D.P.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Blog powered by Typepad